Rencontre avec Nuada (suite)

Suite du dernier texte The Becoming centré sur Nuada Airgetlám.

Voici la suite du texte centré sur Nuada Airgetlám.

Le Devenir : Les épreuves de Nuada Airgetlám – Partie II

Se tenant face à l’immense monolithe, noir, froid, servant d’entrée à The Depths, Nuada s’arrêta un instant pour réfléchir à ce qu’il avait appris de cet étrange endroit au cours des dernières années. Bien que la porte se trouvait physiquement ici, passer à travers conduirait Nuada au lieu où The Depths se trouve exactement. Ce pourrait être dans les profondeurs de notre monde, ou bien d’un autre, ou même un endroit situé dans une dimension totalement différente. Il y avait même des histoires racontant que ses portes pouvaient vous transporter dans un autre temps, mais Nuada ne prêtait que peu d’attention à de telles rumeurs. La magie était une chose, courber le temps en était une autre. Il pensait pourtant que l’entrée était consciente et qu’elle aurait pu prendre n’importe quelle apparence. Quelqu’un cherchant à rentrer devait convaincre la porte de s’ouvrir. Ce n’était pas qu’un donjon empli de légendes, obscure et sans fond, s’ouvrant sur une simple phrase ou incantation; c’était une vaste énigme qui avait littéralement son propre esprit.

Le fait de savoir cela déclenchait une sensation de peur exceptionnelle à Nuada. Avant Bres, il n’avait jamais connu ce sentiment, mais maintenant qu’il connaissait à la fois la défaite et la peur, il n’aimait ni l’un ni l’autre. Il pensait ses motivations pures, bien que rien n’ait pu réprimer la rage qui menaçait de déchirer son torse lorsque ses pensées se tournaient vers Bres. Nuada n’avait pas le moindre doute sur le fait qu’il pouvait prouver sa valeur et que The Depths le récompenserait généreusement, de trésors bien plus grands que ceux accordés à Bres. Il retournerait ainsi chez lui pour réclamer sa véritable place auprès de son peuple. De plus il aurait une petite conversation en privée avec certains membres de la Cour incluant sa propre petite fille. Ils apprendraient la folie que c’était d’avoir douté de lui, et pire, de l’avoir humilié en public. Se tenant devant le monolithe avec ses compagnons, Nuada évalua l’étrange assemblée que le marchand avait regroupée. Elle était composée de races représentant les trois Royaumes. La plupart d’entre eux semblant jeunes, même si se fier à l’apparence menait souvent à l’échec, et d’autant plus dans ce monde bouleversé. Ce qui comptait vraiment était l’expérience et la puissance, toujours la puissance. Il nota quelques auras brillantes dans l’équipe, mais la plupart d’entre eux semblaient n’avoir reçu leur force que récemment. Cela se confirma alors que Nuada se tenait contre un arbre, regardant silencieusement certains d’entre eux qui essayaient d’entrer dans The Depths. Un par un ils marchaient vers le monolithe et invoquaient des entités magiques, ou scandaient des refrains d’anciens langages. Tout ce qu’ils recevaient en échange n’étaient que des visages meurtris, des gorges desséchées et parfois le rire moqueur d’une invocation. Nuada compris qu’il n’y avait aucun moyen de forcer ou piéger l’entrée. Lors de ses voyages il avait entendu que la clé était d’observer la forme de l’entrée, déchiffrer ses indices, et les refaire exactement de la même manière. Cette partie le rendait perplexe.

Pendant plusieurs jours ses compagnons continuaient leurs tentatives futiles, et Nuada le pensait, peu convaincantes, d’ouvrir le monolithe. Soudain lui vint une idée, le monolithe était sans relief, lisse et sans aucune marque dessus. C’était une ardoise vierge. La noirceur de sa surface lui suggérait, bien entendu, l’obscurité. Souriant de son idée, Nuada dit aux mercenaires de se reposer et d’attendre la prochaine nuit sans lune, nuit durant laquelle il ouvrirait le monolithe. Se moquant de son idée, ils se mirent d’accord pour attendre quelques jours. La plupart des mercenaires passèrent leur temps à jouer aux cartes, à parier ou bien à raconter des histoires relativement choquantes. Deux d’entre eux restèrent tranquilles, et Nuada se rapprocha d’eux. Le premier était un Dvergar nommé John BigBoote, d’aspect jovial et d’humeur contagieuse. L’autre était une humaine nommée Nimue. Il sentait un grand pouvoir émaner de cette femme et il était ravi qu’elle fasse partie de la compagnie. Durant les trois jours suivants, pendant que les autres passaient leur temps sur des activités inutiles, ces trois commencèrent à se rapprocher et planifier le futur.

Durant cette période de repos, Nuada en apprit beaucoup sur Nimue et John. Nimue était considérée comme une mage prometteuse au sein de l’académie de magie la plus célèbre de son royaume, connue simplement sous le nom de l’Académie. Elle avait su montrer des qualités exceptionnelles au début de son apprentissage, et son physique lui avait valu d’être vite repérée par certains des membres les plus puissants de cette école. Bien qu’elle connaisse l’effet qu’elle faisait sur ces gens, elle ne prêtait que peu d’intérêt envers leurs intentions. Elle voulait uniquement apprendre à manier la magie, et toute autre activité en dehors de cela ne l’intéressait pas. Comme beaucoup de personnes de son âge, elle était guidée par ce qu’Arthur voyait comme un nouveau monde. Nimue désirait être à ses côtés pour construire cette voie vers un meilleur futur. Elle n’était pas non plus obtus, ni ne prêchait sans cesse pour ses idées, mais on pouvait sentir dans son regard l’ardeur et la passion de la jeunesse, renforcées par cette conviction et ce besoin de réussite que Nuada avait aussi connu en son jeune âge. Il ne pouvait s’empêcher de se sentir un lien paternel avec elle, même dans son état.

John, quant à lui, était un Dvergar qui appréciait pleinement la vie. Il connaissait quantité de contes sur la vie souterraine. Il parlait sans cesse de son peuple, sa famille et la beauté, les merveilles et les dangers qui sommeillaient dans les profondeurs de la terre. John aimait boire quelques gouttes et à la fin de la première nuit, il avait épuisé sa petite (en standards Dvergs) réserve de boisson et recherchait constamment les provisions que ses compagnons auraient pu dissimuler. Il se vantait aussi des batailles qu’il avait faites mais Nuada ne prenait pas offense de ses mots car John racontait l’histoire d’une façon telle qu’il minimisait sa propre importance mettant l’accent sur ceux pour qui il se battait. Nuada aussi trouva qu’il faisait bonne impression à John, en dépit de la tendance du peuple de Nuada à prendre les Dvergr de haut, au propre comme au figuré.

A la tombée de la nuit, après une journée parfaite sans nuage, une pluie torrentielle s’abattit. Même lorsque la lune atteignit son sommet on ne distinguait pas la moindre lumière même en ayant des sens les plus affûtés qu’il soit. Attendant que l’instant le plus sombre de la nuit se présente devant eux, Nuada demanda à ses compagnons de se tenir devant le monolithe, parfaitement immobile. Ils devaient vider leurs esprits et simuler, du mieux possible, l’aspect parfaitement lisse et immobile de la structure du monolithe. A contrecoeur tous les mercenaires firent de leur mieux pour faire ce que demandait Nuada mais il leur était difficile de vider leurs esprits. Il leur manquait la discipline de Nuada. Bien sûr, Nuada et ses nouveaux amis étaient déjà préparés, ce fut donc assez facile pour eux. Après de nombreux essais infructueux, les mercenaires parvinrent à se poser et vider leurs esprits. Cependant, rien ne se produisit dans un premier temps et ils crurent que ce n’était qu’une autre tentative en vain. Puis soudain, le monolithe éclaira le ciel d’une lumière rouge aveuglante. La lumière se concentra en un rayon écarlate et toucha un par un chacun des aventuriers. Sur certains il persistait, sur d’autres il passait rapidement au-dessus de leur tête. Lorsque tous les aventuriers furent ainsi touchés, le rayon devint d’un blanc pur et sa forme changea, prenant l’apparence d’un tourbillon inversé. Avant même de pouvoir réagir, le tourbillon avait avalé les aventuriers. Le moment suivant ils étaient au seuil de portes dorées comportant d’étranges inscriptions. Les inscriptions donnaient l’impression d’avoir poussées ici, plutôt que d’avoir été gravées d’une main habile.

Qu’elles furent des abominations ou des légendes, ou bien quelques créations d’un esprit dérangé, les images sur les portes étaient inconnues pour les aventuriers. Nuada haussa les épaules, faisant fi de toute précaution. Si Bres avait pu survivre ici, il n’aurait pas de problème. Il se posta face aux immenses portes, et tira les poignées d’or géantes. A la surprise générale, celles-ci s’ouvrirent sans un bruit, glissant doucement contre la surface polie du sol. Reprenant de son ancienne confiance, Nuada héla The Depths, criant à toutes les créatures présentes qu’il était là; révélant ainsi son identité à ses compagnons. Cette révélation eut un effet bouleversant pour beaucoup d’entre eux, le nom et les aventures de Nuada étant bien connues dans le monde. Il rit de leurs réactions. Il promit à tous le pouvoir et la gloire s’ils le suivaient. Tous les mercenaires furent d’accord, même leur chef. Honnêtement, ils ne savaient pas trop quoi craindre le plus entre cet endroit et la colère légendaire de Nuada. John et Nimue avaient bien suspecté que leur compagnon était plus que ce qu’il ne semblait, mais le fait qu’il fut Nuada les surprit tout de même. Nuada les guida vers l’entrée de la première caverne, endroit qui un jour serait appelé la Caverne des Ames Perdues.

Les mercenaires suivirent un chemin bien entretenu, à leur grande surprise, bien que la lumière de leurs torches ne parvienne pas à pénétrer l’obscurité qui les enveloppait. Même pour un Dvergr, pourtant connus pour leur vision souterraine, il était difficile de voir dans l’opacité anormale de cette pièce. Nuada pensait que cette pièce était relativement grande, jugeant des échos de leurs pas sur le sol de pierre. Frustré de ne pas pouvoir voir plus loin que la largeur d’une main, Nuada en appela à la magie de certains de ses compagnons pour invoquer de la lumière. Le plus faible des mages du groupe invoqua donc une boule de lumière, qui fut absorbée presque instantanément par l’obscurité profonde, comme happée par la bouche d’une créature gigantesque. Nimue essaya à son tour, mais n’eut pas plus de succès que son partenaire. Nuada leur ordonna alors de le faire ensemble. Après quelques tentatives échouées, ils réussirent finalement à créer assez de lumière pour voir que la salle était remplie de grandes statues. Aussi bien qu’ils purent en juger, celles-ci représentaient toutes les races connues du monde, ainsi que certaines qu’aucun d’entre eux ne put identifier. Certaines d’entre elles étaient déformées, d’apparences horribles, semblant se moquer de ce qu’un jour fut ce qu’elles représentaient. D’autres étaient toutes droites, attendant leur retour à la vie. Alors que la boule de lumière traversait la pièce, elle révéla une caverne très grande, possédant d’innombrables statues, bien trop pour être comptées. Il apparaissait clairement que certaines d’entre elles portaient des armures et des accessoires très travaillés, ainsi que des armes de qualité légendaire.

L’un des membres du groupe, un jeune Leprechaun, vêtu d’un justaucorps rouge et d’un pantalon doré, put à peine contrôler son excitation. Ses yeux brillaient et changeaient de couleur alors qu’il apercevait les richesses. Sans attendre l’accord de Nuada, il bondit hors du chemin, atterrissant agilement près de l’une des statues. Nuada cria un avertissement à son attention et fut surpris que rien ne se produise alors que le Leprechaun prélevait furtivement un torque d’or de la statue. Ricanant de l’ordre de Nuada, le Leprechaun claqua sur sa hanche et sautilla, invitant ses compagnons à le rejoindre pour ramasser le butin. Remplissant un sac d’autant de richesses qu’il pouvait porter et se moquant de la timidité de ses compagnons, le Leprechaun revint tranquillement sur le chemin, le sac débordant de butins. Dès qu’il mit le pied sur le chemin, il se figea, à mi foulée, se changeant soudainement en pierre. Certains déglutirent, mais Nuada ne sentit pas le moindre remord à la perte du Leprechaun, il avait été prévenu. S’il avait pu ressentir quelque chose, ce fut dissipé par cette mort, et il ordonna aux mercenaires de suivre le chemin et de sortir de cette caverne maudite, comme il l’aurait fait du temps où il était RoI. Alors que le dernier mercenaire sortait de la pièce, Nuada se tourna pour regarder le Leprechaun figé. Il ne pouvait plus voir la statue, mais les jours suivants, Nuada jura que, du coin de l’oeil, il l’avait vu bouger, comme si la statue avait été emportée par une entité invisible.

Nuada conduisit rapidement les mercenaires vers ce qui semblait être l’intersection de trois chemins. Alors qu’ils marchaient, ils sentirent que le sol, jusqu’alors poli, devenait plus irrégulier. Plusieurs d’entre eux regardèrent, pour se rendre compte que ces aspérités étaient provoquées par ce qui semblaient être des morceaux de corps directement intégré dans le chemin; apparemment fusionnés directement avec celui-ci. Un seul regard suffit pour faire comprendre à tous qu’il ne valait mieux pas baisser les yeux. Sortant leurs armes à l’approche de l’intersection, ils ralentirent, de peur ou bien simplement en cas d’une rencontre imprévue.

Arrivant au centre, ils firent face à une statue ayant une petite plateforme au-dessus d’elle, d’où éclatait une grande flamme aux couleurs changeantes. La statue semblait irradier un certain maléfice, silencieux mais palpable. La flamme ne ressemblait pas à un feu “normal”, l’on aurait dit que des gemmes dansaient autour des flammes. La chose la plus étrange était que la statue semblait changer d’apparence en fonction de qui la regardait. Pour l’un des hommes de la troupe, elle apparut comme une femme au corps voluptueux, portant un crâne à la place de la tête, des griffes ensanglantées à la place des mains, et des pieds qui ressemblaient à des tentacules de créature marine. Pour Nimue, la statue apparut comme une femme dont le corps semblait pénétré de lances, se tordant de souffrance. Pour Nuada, il s’agissait de lui-même, sans ses bras, avalant une lame qui ressortait de son corps là où l’on pouvait se douter. Alors qu’ils restèrent figés, happés par la pouvoir de la statue, la statue continuait de changer de forme, de plus en plus horrible. Chaque changement provoquait une grande agonie pour celui qui la regardait.

Le plus jeune des invocateurs perdit alors tout bon sens, et commença à matérialiser le plus puissant de ses sorts de feu pour détruire l’abomination personnifiée qui lui faisait face. Dès que le mage commença son invocation, Nuada cria à tout le monde de se disperser. Lorsque le sort atteignit la statue, ils se rendirent compte que la magie n’était pas une bonne idée. Celle-ci changea de nouveau de forme, pour prendre l’apparence d’un élémentaire de feu. Libéré de ses chaînes, la créature se tourna vers son sauveur, et en acte de remerciement le piétina, réduisant le pauvre homme en cendres. Plusieurs des autres mercenaires s’enfuirent, voulant sauver leur vie à tout prix. Nimue tint en place, commençant une invocation bleutée, rappelant des sorts d’eau ou de glace. Le seul autre mercenaire restant là, John, fit face, devant la jeune mage, et frappa le sol de ses bras tels deux gros marteau; le faisant trembler et secouer. Nuada, appréciant leur courage, s’élança vers eux et sortit son épée.

Tout en les approchant, l’élémentaire lança des boules de feu vers le trio, sans grand effort et avec une précision incroyable. Nimue avait prévu cela et invoqua un mur de glace, bloquant les attaques de feu de la créature, ainsi que sa vision du groupe. Cela enragea le monstre, et sa colère intensifia ses attaques. Nimue fit tout son possible pour maintenir le mur, mais ses réserves de magies s’estompaient, de plus en plus vite. Nuada et John savaient qu’ils devaient agir rapidement. John, dans toute la splendeur de son peuple, voulut charger la créature, clamant que sa peau recouverte de pierre le protégerait. Il conseilla à Nuada de rester en arrière, pour chercher une ouverture et frapper fort. Nuada, comme à son habitude, avait sa propre idée en tête. Il demanda à John d’utiliser ses bras de pierre pour frapper le pont et ainsi commencer à le renverser. Prenant note de l’intelligence de cette idée, le Dvergr commença à marteler la structure. Lorsque le pont fut proche de l’effondrement, Nuada lui ordonna d’arrêter. Il demande alors à Nimue de lancer une fine couche de glace contre celui-ci. Le plan étant maintenant en place, les trois compagnons reculèrent afin de voir ce qui allait advenir.

De façon prévisible, l’élémentaire traversa le mur et approcha du pont affaiblit. Il était sur le point de marcher dessus mais fit une pause, regarda en contrebas et rit. Le rire était horrible, il mit mal à l’aise ceux qui l’entendaient. Cette créature n’était pas une brute sans cervelle, mais dotée de conscience et diabolique. L’élémentaire pointa le ciel, fit une insulte au groupe et frappa ses poings l’un dans l’autre. Puis il recula de quelques pas et se prépara à sauter de l’autre côté de la section. Voyant ceci, John fit de même et alors que l’élémentaire sauta en l’air, John le chargea et ils se percutèrent dans les airs au-dessus de la partie affaiblie du pont. A l’impact le son de cet épique choc fit écho dans les profondeurs des cavernes. Alors que John se cramponnait à la jambe de l’élémentaire, celui-ci réalisa rapidement ce qu’il allait se produire mais su aussi qu’il était trop tard pour en changer l’issue. Pendant que le pont s’effondrait sous eux, le rugissement de rage de la créature fut noyé sous les rires de John. Tombant dans l’obscurité Nuada pouvait entendre John combattre l’élémentaire criant qu’il avait besoin “d’échauffement de toute façon”. Le son de la voix de John et de la bataille continuant entre lui et l’élémentaire s’atténua petit à petit à mesure que Nimue et Nuada s’éloignaient du bord du pont.

Nuada était émerveillé par le sacrifice du Dvergr, qu’il connaissait à peine, ne sachant que faire de lui. Après un bref repos de quelques secondes, Nimue et lui revinrent sur leurs pas, cherchant un chemin pour contourner le pont maintenant effondré.

Ainsi s’achève la seconde partie.

Source : http://camelotunchained.com/fr/mise-a-jour-84-nuada-deuxieme-partie/

  • En chargement...

Que pensez-vous de Camelot Unchained ?

349 aiment, 64 pas.
Note moyenne : (421 évaluations | 0 critique)
7,6 / 10 - Très prometteur