Rencontre avec nuada (suite 5)

Voici l'avant-dernier texte The Becoming centré sur Nuada Airgetlám.

Voici la suite du texte centré sur Nuada Airgetlám.

Le Devenir : Les épreuves de Nuada Airgetlám – Partie VI

Pendant les mois suivants Nuada s’entraîna quotidiennement avec son nouveau bras en argent. Au début, l’entrainement était très dur et Miach ne manqua pas de se moquer de lui à de nombreuses reprises. Mais avec les attentions et support de la soigneuse ainsi que son obstination autre fois légendaire, il fit des progrès significatifs. Quand il fut enfin convaincu que ce bras n’était pas diabolique et n’allait pas simplement tomber, Nuada commença à faire des efforts comme dans sa jeunesse. Il remarquait que ses réflexes, vitesse et puissance n’étaient pas encore au niveau de ce qu’il avait connu autrefois; parce qu’il devait encore dépasser sa peur, même pendant les entraînements. Lorsque Nuada s’entraînait avec d’autres guerriers, ils semblaient se mouvoir et réagir moins vite que lui sur tous les plans. Ses adversaires avaient beau combattre correctement, les mouvements de Nuada coulaient d’un guerrier à l’autre comme suivant le rythme d’une danse rituelle. Nuada semblait encore une fois né pour combattre et pas simplement doué en raison de l’entraînement régulier. Chaque coup, blocage et parade ne semblait pas lui demander d’effort et il utilisait son bras d’argent comme s’il était fait de chair. Trois cycles lunaires plus tard, Miach déclara que Nuada était prêt à rejoindre le monde.

Bien que Nuada souhaitait ardemment The Depths, il savait qu’il avait d’autres priorités. Pendant les années suivantes Nuada, Miach et la soigneuse parcoururent les terres de Tuatha Dé Danann à la recherche des enfants de Danu. Ils étaient à la tête d’une armée qui n’était pas l’une de celles qui conquiert, mais plutôt qui restaure. Lorsqu’ils trouvaient des personnes oppressées, ils restauraient l’équilibre. Lorsque les gens étaient dans le besoin, ils partageaient leurs ressources. Quand ils trouvaient la prospérité, ils prenaient ce dont ils avaient besoin, pas des ressources mais du savoir. Au fur et à mesure du voyage, leur armée grandissait en nombre. Beaucoup de Tuatha Dé Danann rallièrent leur bannière et l’armure d’or que Miach avait mystérieusement trouvé le temps de forger sur la route. Partout ils cherchaient des nouvelles de Bres mais personne n’était capable de dire où il avait pris refuge. Ils suivirent chaque rumeur, indice ou signe et couvrirent de larges bandes du territoire mais c’était comme s’il avait disparu de ces terres. Ils envoyèrent des cavaliers à One True City ainsi que dans les autres capitales du monde mais même comme ça, aucun signe de Bres ou des trésors de son peuple n’a pu être découvert. Bien que Nuada et son armée disparate rétablissait les terres avec succès, Nuada commençait à sentir la frustration monter en raison de la capacité de Bres à rester caché. Un soir d’été particulièrement froid, Nuada s’assit près d’un feu de camp, Miach et la soigneuse à ses côtés.

“Vous semblez particulièrement soucieux Nuada” dit Miach “Un Cait Sith a volé votre langue ?”

Nuada, habitué au sens de l’humour particulièrement pénible de l’artisan, ne répondit pas à la provocation, du moins pas tout de suite. Mais l’image de la rumeur sur la façon dont les Cait Sith traitent leurs traitres lui vint en tête, comme Miach le souhaitait.

“Oui je suis incapable de former une phrase complète ce soir” dit sèchement Nuada.

“Toujours préoccupé car Bres vous tourne en ridicule ?” demanda Miach, “Il ne pourra pas rester caché pour l’éternité.”

“On n’a pas l’éternité” contra Nuada “j’ai l’impression d’être le dindon de la face.”

“Je ne sais pas si vous êtes un dindon” dit Miach “mais par moment vous pourriez faire quelques farces”.

“Quelle insupportable tête de…” s’énerva Nuada, son caractère soupe au lait faisant un bref mais triomphant retour, “…attend. Je suis désolé Miach, vraiment. La capacité de Bres à se cacher est vraiment en train de me faire tourner en bourrique.”

“En train ? Vous tapez du pied depuis quelques mois” dit Miach “Je pense que mes congénères sous terre vous entendent”.

“C’est si mauvais que ça ?” dit Nuada qui cherchait le support de la soigneuse du regard. “Vous avez été… difficile à vivre les deux saisons qui viennent de passer. Votre voyage a été éprouvant jusqu’ici mais c’est encore un voyage qu’il faut accomplir, peu importe le temps que ça prendra. Miach et moi sommes là pour aider mais c’est à vous de déterminer l’issue” dit la soigneuse sans reproche dans la voix.

“Je sais. Chaque tentative pour le retrouver a été un échec. J’ai envoyé assez d’éclaireur pour retrouver un Luchorpan dans une grande forêt mais je ne peux pas c’est âme maudite” dit Nuada visiblement agité.

S’attendant à une réplique, Nuada fut surpris que ses amis ne disent rien. Il était intrigué. Ceci continua de l’intriguer alors qu’il sortit agacé en direction de sa tente pour passer le reste de la nuit à fulminer. Avant que la phase de la lune connue comme le Delice de l’Ombre ne se termine, Nuada se réveilla en sursaut. N’enfilant pas même un vêtement, il courut hors de la tente vers celle de la soigneuse qui, à sa grande surprise, semblait l’attendre.

“Quel débutant” dit Nuada “Je sais exactement où se cache Bres.”

Intriguée par la nudité de Nuada, l’Hamadryade leva simplement un sourcil.

“Cette abomination se cache au seul endroit où il peut se cacher” dit Nuada.

“Et cet endroit se trouve…?” Questionna la soigneuse.

“The Depths !” dit triomphalement Nuada.

“Ca aura pris le temps avant que vous ne le réalisiez” dit sèchement la soigneuse.

“Attendez ! Vous le saviez ?” demanda Nuada.

“Oui. Maintenant enfilez un pantalon que personne ne soit content de vous voir aussi… excité. Levez l’armée et allons-y, nous avons déjà perdu assez de temps.”dit-elle. Confus, heureux, surpris et effectivement, excité, Nuada retourna à sa tente, enfila un pantalon et sonna le cor pour ses troupes. Une fois réunis ils se mirent en marche vers la dernière entrée connue de The Depths.

Le voyage ne devait prendre que quelques semaines mais il se passa une année complète avant que Nuada n’arrive à l’entrée de The Depths car elle avait bougée dans son absence. Il avait libéré la grande majorité de son armée pendant que lui et 11 fidèles recherchaient où pouvait se cacher l’entrée de The Depths. Ce fut un voyage difficile, qui est conté, dans une autre histoire. Cette fois l’entrée n’était pas proche d’un lac mais enchâssée dans une colline verte située dans les terres Arthuriennes. Parfait, pensa Nuada, alors qu’il devait retourner dans The Depths depuis les terres de Nimue. Ses pensées allèrent vers elle, pas désagréablement et il se prit à espérer qu’il ne la retrouvera pas ici ou s’il le faisait, qu’elle soit morte. Toute autre vision aurait été trop dure à supporter. Debout à nouveau devant le monolithe, Nuada se retourna vers la soigneuse.

“Je suppose que c’est ici que vous m’annoncez que c’est ma destinée et que je dois y aller tout seul. N’est-ce pas ?” demanda Nuada.

“Je peux dire ça si vous le souhaitez mais je me disais qu’il serait mieux d’y aller tous ensemble” dit-elle, “mais si vous voulez tenir le rôle de la légendaire…”

“Chair à canon” interrompu Miach. “…icône. Nous vous attendrons dehors. Je n’ai pas particulièrement envie d’y retourner,” dit la soigneuse.

“Y retourner ? Vous y êtes déjà allé ?” interrogea Nuada.

“Elle secoua la main et d’expérience, Nuada savait que ce n’était pas quelque chose dont elle souhaitait lui parler, en particulier maintenant. Il y avait bien d’autre sujet dans sa vie donc il ne fallait pas parler.

“Et si on allait à l’intérieur pour trouver Bres ?” dit Nuada. “Je veux la priorité sur la moindre forge qu’on pourra trouver. Je suis impatient mettre la main sur ces choses délicieuses… euh, je voulais dire ces choses démoniaques. Dans un soupir collectif, cette douzaine de héros et héroïnes fatigués passa à travers le monolithe en direction de The Depths.

Le monolithe les conduisit à une enrrée différente de The Depths que celle de la dernière fois où Nuada fut ici. Après un bref moment de désorientation, l’équipe se trouva devant une paire de portes brillantes noires gravées de portraits de femmes subissant diverses tortures. Les scènes gravées étaient indiciblement ignobles et même la soigneuse fut surprise de ce qu’elle vit. Tous furent perturbés, révoltés et enragés par les images qu’ils avaient en face d’eux mais aucun autant que Nuada qui réalisa que ces femmes ressemblaient à Nimue. Ce qui rendit la chose encore plus difficile c’est qu’à mesure qu’ils s’approchaient de la porte, les dessins s’animaient comme si chaque femme était vivante et en train de souffrir et agoniser. Personne ne put toucher la porte et lorsque Nuada essaya, lorsqu’il fut assez proche pour la toucher, chaque femme gémit le même mot dans la douleur “Nuada”. En entendant ça le groupe se retourna vers Nuada.

“Que s’est-il passé ici ?” demanda Miach, “qu’est que vous lui avez fait ?”

“Rien ! Nous étions en train de combattre et elle s’est sacrifiée pour me sauver la vie alors qu’elle était proche de la mort,” répondit Nuada énervé, “Elle ne m’a pas laissé le choix. Elle m’a forcé à l’abandonner ici.”

“Forcé ? comment ça ? Le grand et brave Nuada forcé par une femme nue et épuisé magiquement à fuir ? dit Miach.

“Elle n’était pas nue à ce moment-là. Et oui, elle a sacrifié sa vie pour la mienne et je ne cesse de penser à ce sacrifice chaque jour de ma maudite vie. Je voulais faire demi-tour pour elle, mais je n’ai pas pu” dit-il.

“Ne pouvais ou ne voulais pas ?” Demanda

“Je ne pouvais… Non je ne voulais pas. Elle m’a supplié de partir mais j’aurais pu dire non ou j’aurais pu revenir ici, avant aujourd’hui. Non j’aurais dû revenir ici avant aujourd’hui ! Au lieu de lever une armée pour marcher sur la capital j’aurai du raser cet endroit maudit” dit Nuada.

Nuada s’approcha de la porte et cette fois il s’agenouilla devant elle. En réaction, chaque Fausse-Nimue stoppa ses gémissements pour le fixer du regard.

“Pardonne-moi Nimue. J’aurais dû revenir plus tôt. Et si tu ne peux me pardonner, prend ma vie et laisse mes compagnons faire ce qu’ils ont à faire. Je te l’implore” dit-il. Sur ces mots, les tortillements et lamentations de la porte cessèrent. Nuada se leva et poussa délicatement la porte. Comme la dernière fois, ils se déplacèrent silencieusement sur le sol de pierre.

Une chose était certaine à propos de The Depths, c’est que rien n’était certain à son sujet, pensa Nuada. Cependant, regardant alentour il nota qu’il y avait des similitudes à sa première visite. Tout autour de lui la vie se mêlait à la mort, un tableau d’horreur à la fois incroyable et effrayant. Les murs, le sol, le plafond étaient rouge sang et ce qui semblait être des morceaux de créatures démembrées et éclatées étaient éparpillés un peu partout. Des têtes sortaient des murs comme une parodie grotesque de trophées que des chasseurs pourraient conserver. Bon nombre de murs semblaient être un puzzle fait de morceaux de corps assemblés pour faire un tout. Un autre détail étrange sur cette pièce était qu’elle semblait se contracter et se dilater sur un rythme régulier. Tout d’abord Nuada pensait qu’il pouvait s’agir de l’estomac d’une quelconque créature géante mais il savait pertinemment que c’était autre chose. En avançant dans la pièce le cycle de respiration (comment l’appeler autrement ?) stoppa soudainement.” “Je ne pense pas que ce soit un bon signe. Continuez à avancer” dit Nuada. “Je suis d’accord” dit Miach “Comme le dirait l’un de nos bergers, sortons le troupeau d’ici.”

Les compagnons accélérèrent le rythme au point de courir à travers la chambre, suivant un chemin à peine visible sous le sang et la chair qui le recouvraient. Arrivant au bout de la pièce, la respiration repris et c’est à ce moment que le plafond s’ouvrir pour déverser une vague de sang. Couverts de sang, les compagnons hésitaient entre rire et être dégoûtés avant de s’apercevoir qu’il y avait dans le sang de petites créatures, comme des sangsues mais bien plus larges. Ils retirèrent hâtivement les créatures et réalisèrent qu’elles étaient dotées de dents crochues emportant un morceau de chair avec chaque créature ! Ignorant la douleur et l’horreur, tous les compagnons à l’exception de deux retirèrent ces atrocités. Ceux ne l’ayant pas fait réalisèrent qu’elles avaient d’autres surprises pour eux. Contrairement aux sangsues classiques, celles-ci ne s’intéressaient pas uniquement au sang, elles voulaient pondre. Elles implantaient leurs oeufs dans leurs victimes. Les sangsues rétrécirent injectant leurs larves dans les compagnons malchanceux. Avant qu’ils n’aient le temps de réaliser ce qu’il se passait, les deux furent dévorés de l’intérieur par les larves. En un instant il ne restait plus que des morceaux d’eux contenus dans leurs armures. Maintenant rassasiées, les créatures tombèrent sur le sol, grosses et repues, ne représentant plus la moindre menace pour les compagnons qui s’échappaient de la pièce. Fuyant cette terrible scène, Nuada réalisa qu’il se tenait encore une fois devant la même forge qu’il avait vu il y a longtemps. Miach était excité et accourra vers elle, empressé de tester ses théories. Avant que Nuada n’eut le temps de l’avertir, Miach était à la base de l’enclume, l’inspectant sous tous les angles. Fort heureusement cette fois aucune créature ne les attendait. Marmonant de plaisir, Miach commença à tester la forge avec ses instruments, à la fois magiques et ordinaires.

“C’est incroyable ! Tellement excitant ! Cette forge a des propriétés que je n’ai jamais vues ailleurs dans le monde ! Je pourrais passer des décennies étudier cette beauté,” dit Miach, donnant une claque au morceau de métal.

“Nous devons avancer,’ dit Nuada, “nous reviendrons après avoir fini ce que nous sommes venu faire.”

“Nuada, je suis un artisan, pas un combattant. Je peux entraîner votre bras, vous servir de partenaire mais dans un combat réel, et bien, je suis aussi utile qu’une Valkyire en colère dans un bordel. Laissez-moi ici avec l’un des guerriers et laissez-moi faire ce que je sais faire.” dit Miach.

“Je suppose que vous avez raison,” dit Nuada.

“Bien. Je demanderai à l’autre Dvergr de rester avec moi. Il a un beau bouclier rouge sur lequel je peux travailler,” dit Miach.

Avant de reprendre son chemin Nuada se retourna pour regarder Miach, espérant que ce n’était pas la dernière fois qu’il voyait l’exaspérant Dvergr.

“Miach,” dit Nuada alors que celui-ci se tournait vers lui “Prenez garde” “Aww. Quel gentil garçon” dit Miach d’un air moqueur, “Vous aussi.”

La forge et les Dvergrs maintenant derrière, Nuada continuait sur un chemin étroit surplombant ce qu’on pourrait décrire comme une bouche géante entourée de dents à l’allure douteuse. Ne voulant pas imaginer ce qu’il se passerait si quelqu’un venait à tomber dans cette bouche, Nuada accéléra le rythme une fois de plus. A mi distance de la bouche, le chemin s’élargie soudainement et le sol de pierre était couvert d’un tapis dos et violet. Continuant à marcher, ils purent distinguer un énorme trône doré. Une fois approchés du trône ils virent que Bres y siégeait.

A la vue de Bres, Nuada senti une rage profonde et irrésistible monter en lui. Dégainant son épée, il se précipita vers le trône, ignorant les cris d’avertissement de ses compagnons ainsi que sa voix intérieure. Tandis qu’il s’approchait, Nuada fut submergé par les souvenirs des pertes et de la douleur que Bres avait pu lui infliger. Les souvenir de Nimue, John, Tír na nÓg, son bras et de Balor affluèrent dans son cerveau. Il courait et faisait tournoyer sauvagement son épée pour asséner un coup mortel quand il réalisa que Bres n’avait pas réagi à ce qu’il se passait autour de lui. Personne ne pouvait être aussi calme devant la mort, pensa Nuada ! Stoppé devant le trône, Nuada leva son épée, le bras tremblant d’excitation et le plaça sur le cou de Bres prêt à infliger le coup fatal.

“ Pour toutes les morts que tu as causé, ton heure est venue” dit Nuada

Toujours aucune réaction de Bres.

“Dit quelque chose” dit Nuada visiblement frustré, tenant toujours son épée en l’air.

Pas de réaction.

“N’importe quoi”

Toujours rien.

“Nuada, il ne peut pas” dit la soigneuse qui venait de le rejoindre.

“Est-il mort ?” demanda Nuada.

“Non. Il est vivant. Regardez l’index de sa main droite” dit elle.

Tout d’abord, Nuada ne distinguait rien mais après une petite minute, Nuada pu voir le doigt de Bres bouger de façon à peine perceptible.

“Que se passe-t-il ici?” demanda Nuada.

“Je ressens que Bres est ici mais sans l’être” dit la soigneuse “Il est dans son propre endroit en même temps qu’ici. Comme dans une bulle d’existence différente.

“Je ne comprends pas de quoi vous parlez” dit Nuada, confus.

“Je ne suis pas certaine non plus. Je sais simplement que où qu’il soit, il vit quelque chose de tout à fait différent ce qu’il se passe maintenant” dit la soigneuse “Je ne suis absolument certaine de rien.”

“Alors laissez-moi clarifier tout ça” dit une voix trop familière mettant mal à l’aise Nuada.

Se retournant vers le son de la voix, les compagnons virent la figure de celui que Nuada appelait le marchand marcher vers eux depuis un passage caché derrière le trône. A la vue du marchand, le sang de Nuada ne fit qu’un tour, il voulait, non il avait besoin de tuer quelque chose, n’importe quoi.

“Calme-toi Nuada. Je sais que tu dois rêver de me tuer depuis des années et même maintenant tu imagines encore ma mort mais écoute moi. Je peux tout expliquer. Je peux même te montrer où sont tes amis John et Nimue et oui, avant que tu ne le demandes, ils sont en vie et se portent plutôt bien,” dit le marchand.

“Ecoutez ce qu’il a à dire” dit calmement la soigneuse.

“Merci. Premièrement, vous avez raison, Bres est dans une autre époque. Il est venu ici pour demander de l’aide afin de voir son plus grand rêve se réaliser, d’être à jamais assit sur le trône de Tuatha Dé Danann. Et c’est exactement ce qu’il est en train de faire. Tant que le monde sera, Bres restera assit sur ce trône.” Dit le marchand.

“Monstrueux !” dit Nuada.

“Pas du tout. Bres a clairement exprimé son voeu et nous l’avons exhaussé. C’est la même chose que pour toi Nuada. Nous avons simplement réalisé vos souhaits.” Contesta le marchand.

“Je n’ai jamais voulu d’une saleté de bras d’araignée ! Cette chose dégoutant a absorbé ma propre vie !” dit Nuada.

“C’est vrai mais encore une fois, vous ne vous êtes pas non plus soucié pas de la façon d’atteindre l’objectif. J’étais assez fier du travail effectué sur ton bras. C’est triste qu’il ne soit pas encore attaché, tu lui étais utile et par conséquence tu nous étais utile.” dit le marchand.

“Nous ?” Dit la soigneuse.

“Bien sûr. The Depths est un ‘nous’ pas un ‘je’ dis le marchand “Bres est maintenant une partie de nous, tout comme Nuada n’a été pendant un moment. Le puissant que cette épée a drainé de ses victimes a été bien utilisé ici. Nous allons pour le mieux à présent”.

Sans avoir que répondre aux mots du marchand, les compagnons se tinrent simplement là fixant la créature-marchand qui était devant eux.

“Bien, rien à dire. Allons-y, je veux réunir Nuada et ses amis, ils sont juste en bas de ce chemin” dit le marchand qui commençait à marcher vers le passage derrière le trône.

“Je ne le sens pas,” dit Nuada à la soigneuse.

“Miach avait raison, vous avez tendance à pointer des évidences” dit la soigneuse

“Préparez-vous au pire Nuada.”

Alors qu’ils descendaient le long du chemin, ils arrivèrent dans une pièce dont émanait chaleur et froid simultanément. La porte de cette pièce, contrairement à celles vues précédemment, était pleine et sans ornement. En s’approchant simplement de la porte, celle-ci s’ouvrit devant le marchand se levant de bas en haut, silencieusement comme toujours. Tout le monde entra dans la pièce sombre et fut immédiatement saisi par le coté malsain des lieux. La pièce sentait le musc mais aussi quelque chose de mécanique. Ce n’était pas un mélange agréable. “Illumination !” dit le marchand. Immédiatement une lumière brillante banches emplit la pièce, aveuglant temporairement les compagnons. Les autres créatures de la pièce n’étaient pas non plus contente de l’action et il y eu des cris de douleurs qu’on aurait pu retrouver dans une nurserie. Ses yeux s’habituant à la lumière, Nuada vit que le marchand se tenait devant John et Nimue, qui étaient bien vivants ! Cependant, ils auraient préférés que ce ne soit pas le cas car chacun d’eux était étendu, nu et installé sur une étoile à trois pointes. Ils avaient de monstrueux tubes vivants sortant de la bouche et ils étaient retenus sur l’étoile par des créatures dont l’étreinte faisait gémir de douleur Nimue et John. La peau de John était couverte de ce qui ressemblait à des pustules se contractant et grandissant. Horrifiant Nuada, l’une des créatures éclata libérant une petite créature, moitié Dvergr, moitié abomination, qui tomba sur le sol bruyamment. La créature réagit comme un nouveau-né et se mit à pleurer, un son horrifique qui hanterait pour toujours ceux l’ayant entendu. Le marchand avança vers le bébé, le pris dans ses bras et le berça comme une mère berce son enfant. “Est ce qu’il n’est pas mignon ?” Dit le marchand “Il sera parfait dans notre maison.” Estomaqués, les compagnons remarquèrent que Nimue allait aussi donner naissance, mais d’une façon plus traditionnelle pour une femme de ce monde. Son ventre commençait à se contracter alors qu’elle ressentait la douleur de l’accouchement. Ce bébé fut immédiatement aspiré de son ventre par ce qui ressemblait à un tube vivant attaché à son corps. Aussitôt le bébé éjecté, son ventre commença à gonfler à nouveau comme si elle était une fois de plus enceinte. Nuada qui ne pouvait pas en supporter plus chargea le marchand.

“Oh mon cher, es-tu énervé ?” Dit le marchand “ Quel dommage, je pensais que tu serais fier de ce que tu nous a aidé à faire. J’étais sur le point de t’expliquer la meilleure partie ! Nous avons décidé que tu resterais avec Nimue et John pour toujours. Après l’avoir étudiée, j’ai pensé qu’il serait amusant de vous combiner tous les trois. Est-ce que ça ne te plairait pas ? “ A la prononciation de ce dernier mot, Nuada fendit l’air de son épée et sépara nettement la tête du marchand de son corps.

“Non pas vraiment” dit Nuada alors que la tête du marchand tombait au sol, rapidement suivie du corps. La créature nouvellement née rebondit sur le sol et s’enfuit dans un endroit indéterminé, “maintenant libérons les et quittons cet endroit.” A ses mots les compagnons avancèrent vers le lieu d’accouchement de John et Nimue.

“Vous ne pensiez pas que ce serait si simple quand même ?” dit le marchand. Tout le monde se tourna vers le marchand pour constater qu’une nouvelle tête avait poussé émergeant de son corps.

“Après tout, ce n’est pas un conte de fées ou une histoire folklorique” dit le marchand, secouant sa nouvelle tête. “Ceci est notre monde et vous avez été fou de revenir ici mais nous vous remercions de l’avoir fait. Pour ceux qui survivront nous aurons des dizaines d’années pour apprendre à nous connaître. Je suis si content que tu aies amené des amis Nuada, il y a un paquet de combinaison à travailler ici.” Le marchand claqua des doigts et la pièce devint soudainement pleine de vieilles versions des créatures dont ils venaient de voir la naissance.

“Essayez de les garder en vie mes chéris” dit le marchand à ses créatures.

“Particulièrement le grand stupide.” Ainsi commença la bataille entre les horreurs vivantes, Nuada et ses compagnons.

Ainsi s’achève la partie 6

Source : http://camelotunchained.com/fr/mise-a-jour-90-nuada-partie-vi/

Réactions (19)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Camelot Unchained ?

349 aiment, 64 pas.
Note moyenne : (421 évaluations | 0 critique)
7,6 / 10 - Très prometteur